LE VENT, une petite histoire.

2016/08/18
“Ophélie”

C’est que les vents tombant des grands monts de Norwège
T’avaient parlé tout bas de l’âpre liberté;

C’est qu’un souffle, tordant ta grande chevelure,
A ton esprit rêveur portait d’étranges bruits.

Y es que los fríos vientos que caen de Noruega
te habían susurrado la adusta libertad.

Y es que un arcano soplo, al blandir tu melena,
en tu mente traspuesta metió voces extrañas.

A. Rimbaud

Noire et Blanche_03

Noire et Blanche_15

Noire et Blanche_12

Noire et Blanche_13

Noire et Blanche_06

SHARE THIS STORY